Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 août 2013

Un mode de vie RETRO, dans le "Rétro-Viseur"

bottecheveaux.png

La croupe des chevaux ruisselait, samedi après-midi, lors de ma visite au campement multi-époques des 5 chemins. Ce n'était non pas d'avoir trop tracté leur calèche, mais bien d'avoir, sans piaffer, attendu que la pluie cesse. Quelle désolation, en effet, pour ces passionnés des us et coutumes d'une autre époque et d'un autre monde, qui ont dû se contenter de rester à l'abri de leur tente, dans leur tippi ou, pour les plus joyeux, sous le chapiteau de la ducasse ou le breuvage sous pression suffisait à en consoler plus d'un.  
Malgré cette méchanceté météorologique, j'ai eu l'occasion de cotoyer des collectionneurs heureux qui aiment à vivre comme autrefois, comme les BD des cow-boys et des indiens nous ont aidés à imaginer les décors et leur mode de vie.

Demain, ils seront encore là, après deux nuits sous tentes !  Bien que ce soit de l'actualité fort fraîche, je tenais exceptionnellement à évoquer l'événement ici :  Comme "rétro-viseur", je ne pouvais pas rater cela. Mettez les lunettes spéciales, et admirez !  C'est tellement vrai ! botte fusil.png


22:49 Publié dans INSOLITE | Commentaires (0) |  Facebook

20 août 2013

Comme si c'était hier...

haubourd.jpg

Entre blogueurs, faut s'entr'aider !  Je viens de visionner, sur le blog de notre ami Rudy Vienne pour OuaipTV, un formidable clip-vidéo, réalisé il y a plus  de 10 ans,.  Ce film de 9 minutes, dont les images et le montage proviennent de l'ami Jean-Marc Haubourdin, visait à promouvoir les grouillantes activités qui se sont déroulées au sein ou à l'initiative de la M.J.C, pour son 25e anniversaire.

C'est très bien réalisé : je n'hésite pas à dire : un travail de "pro".

Voilà ! J'ai dit mon enchantement pour ce travail, et je tiens à le partager avec mes visiteurs car il en vaut la peine. Un dernier mot : Félicitations. 

 

16 août 2013

Cette main... on a envie de la prendre !

D'accord !...  Ma photo n'est pas très nette !  Pourtant, on y reconnait l'ami Jean-Claude interviewé par la télé locale Notélé pour qui l'événement méritait bien huit cent fois sa présence ! On peut l'en remercier ! 
Mais, en cliquant sur cette photographie, elle s'agrandit dans une nouvelle fenêtre, et... si vous possédez les fameuses lunettes "rouge-bleu" pour les images anaglyphes, vous savourerez (je l'espère) le même plaisir que j'éprouve en confectionnant ces rares clichés en "3D", c'est-à-dire : "en relief".

A l'aide de mes deux petits "numériques" qui en ont intrigué plus d'un, (un pour l'oeil gauche, l'autre pour l'oeil droit),  j'ai saisi de nombreuses images de ce formidable barbecue public du 14 août dont j'espère un jour pouvoir vous les présenter pour votre plus grand plaisir. 

BBc.jpg

17:40 Publié dans J'APPLAUDIS | Commentaires (2) |  Facebook

06 août 2013

Le Western Front, chez nous, vu 100 ans plus tard !

Au cours de ses périgrinations aériennes, notre ami Martial, l'homme qui plane plus haut de son ombre, nous a offert récemment, sur son blog de "La Haut", une superbe vue sur la contrée, qui fut, il y a 100 ans, le très affreux théâtre de cette horrible guerre 14-18.  

1°) Le trait rouge indique grosso-modo le tracé des lignes allemandes qui passaient par le quartier de St-Yvon, appelé "Bridcage" (=cage à oiseau) tellement les barbelés étaient entremêlés et infranchissables, par l'ouest de Messines, pour aller vers Hollebeke, Ieper, pour former le "saillant d'Ypres"

2°) Le trait bleu représente le front britannique.  En grisé blanc, le "No Man's Land", cette bande de terrain où personne ne devait s'y aventurer au risque de sa vie !

3°) Emplacement où se déroula le match de foot, amical, lors de la Trève de Noël en 1914

4°) Maison où Bruce Bairnsfather débuta ses premiers dessins sur les murs de chaux, à l'aide de charbons de bois

5°) Le Bois du Gheer, celui qu'ils appelaient "Plug-street Wood" et où reposent de très très nombreux tués.

6°) Vraisembleblement le mont de la Hutte sur lequel se dressait le Chateau Breuvart, détruit par les bombardements allemands

7°) Eglise de Messines, où pend le Lustre réalisé et offert par Otto Meyer, soldat allemand qui a vécu la bataille de Messines, le 7 juin 1917

8°) Les alentours de la ferme Bethléem, là où était cantonné le caporal Hitler.

9°) La Tour de la Paix symbolisant la volonté de paix, et commémorant l'unité des forces irlandaises et britanniques.

Peut-être que qu'autres précisions viendront s'ajouter. 
Et merci, Martial DC.

vue du front2.jpg 

01 août 2013

Leur Majestés seront toujours les bienvenues !

C'est ce que semble dire le Mayeur de Comines-Warneton au nouveau Roi et sa reine. Connaissent-elles l'existence et la localisation de notre ville bien belge, enclave coincée en Flandres, France et Wallonie ? Elle ne manque pas d'énergie, de forces ni d'atouts. 
En novembre, un immense événement s'y déroulera à Plug-street !  La population peut-elle espérer les y voir pour y couper un ruban ?
Ceci écrit, avec tout le respect qu'on leur doit et l'estime qu'on leur réserve !

le roi salue gilbert.jpg

 

29 juillet 2013

Une pinte de bonne humeur... pour les vacances !

C'est typiquement belge !  C'est plein d'humour !  C'est reposant et rigolo !
J'ai soif !...

 

22:12 Publié dans HUMORISTIQUE | Commentaires (2) |  Facebook

27 juillet 2013

C'est ringard, peut-être, mais... saisissant !

Ce passionné US, que je ne connais pas, vient de mettre sur la toile un nouveau clip "en relief". A l'heure où j'écris, il a été vu 37 fois. Sa moyenne est de 30.000 !
Vite, prenez vos lunettes "rouge-bleu" et.... "Regardez", comme ils disent toujours à la télé.

Mais faites gaffe, votre nez en deviendra bleu...  d'étonnement !

 

21 juillet 2013

De père en fils...!

Il en va des Warnetonois qui sont Mountches, de père en fils, comme à la famille royale dont les rois se succèdent, de père en fils.
Cette photo anaglyphe, à regarder avec des lunettes "rouge-bleu", m'a inspiré, en ce 21 juillet 2013, Le roi Albert quitte le trône pour le laisser à son fils Philippe.  
Dans cinq mois, la ville de Warneton partagera une autre liesse semblable : la tradition perdure de génération en génération.  

mma22.jpg

Le Te Deum va commencer ! Roland y est !

... Mais Joëlle et Laurette sont là aussi !  Aux premiers rangs, elles "déconnent", elles rigolent alors que tout le gratin patiente avec le sérieux des Monseigneurs !  Le cortège royalement princier arrive. J'ai hâte de découvrir... les toilettes du privilégié du Palais.
J'espère que les Bizétois, là-bas,  les verront tout aussi bien que nous !

Allez, courage, Philippe !  Et bonne retraite, Albert !

Silence !  J'écoute ! Je regarde !  Et sur ma façade, mon drapeau flotte !

 

09 juillet 2013

Ils n'étaient pas foot-balleurs professionnels, ceux de Noël 1914 !

Les médias s'acharnent à vouloir qualifier de "problèmes communautaires" les deux projets "voisins"  concernant une rencontre éventuelle de foot pour commémorer la Trève de Noël 1914, vécue entre Tommies et Boches. Ainsi donc, j'ose vous proposer de visionner ce lancement afin de mieux relativiser ce que signifierait cette commémoration "sportive" par rapport avec cette folie désastreuse. Tant Comines-Warneton que Messines, ces deux villes sont toujours été sensibles à leur Devoir de Mémoire. Qu'elles fassent chacune comme bon leur semble, avec sincérité et sans tra-la-la couteux ! 

08 juillet 2013

Un clip qui rappelle plein de souvenirs !

Les habitants de Ploegsteert aimeront-ils cette vidéo piquée du net.  Elle nous rappelle le travail des champs exécuté à la force des chevaux qui tiraient la charrue pour labourer la terre. Le fermier la guidait en maintenant fermement "la queue de charrue".
Cette époque n'existe plus.   Mais qu'elle était belle !   

29 juin 2013

En "gardienne", j'y suis allé !


DSC08329.jpg

Voilà une bien belle photo ancienne illustrant le parvis devant l'église du Bizet. On y voit le bâtiment de l'école gardienne au rez-de-chaussée et l'école des filles à l'étage. A gauche de la photo, la batisse du Couvent des Soeurs (de st-Vincent de Paul) de Neuve-Eglise (?).

A l'avant plan, deux parterres tentaiet d'enjoliver le lieu jadis très fréquenté les dimanches et lors des missions ou lors des semaines saintes. Assurément, ce lieu, où résonnent les cloches encore aujourdhui, appelait les fidèles nombreux à effectuer leur dévotion.

Selon mon souvenir, une seule manifestion "laïque" s'y est déroulée : le spectacle d'une moto funambule s'avançant sur un cable tendu, partant d'une fenêtre de l'étage (à droite) de l'école et fixé au clocher par l'ouverture des abat-sons.  Les Bizétois, venus en masse, en sont restés bouche bée. Mais qui s'en souvient aujourd'hui ?

Aujourd'hui ?  Oui, les années ont passé. Le Concile et les "paveurs" sont passés. Les parterres obsolètes ennuyant les automobiles, ont été forcés de céder la place aux petites jardinières communales. Et le parvis est devenu une aire tranquille de stationnement. Même pour les gros engins ! La preuve !...

rabecque g.png

 

Vous ne pouvez contempler cette photo anaglyphe qu'à l'aide de lunettes spéciales "rouge-cyan".  Si vous n'en possédez pas, signalez-le moi ! Par mail, facebook, tél., écrit, ...

A votre meilleure convenance !

Cliquez sur la photo pour l'agrandir.

24 juin 2013

Il n'y a plus de Drève !

DSC08326.JPG

Cette drève de la Rabeque, voie privée déservant les deux fermes "La Grande Rabeque" et "La Petite Rabeque", et soumise à une servitude pour le passage du public, n'avait ni revêtement asphalté, ni limitation de vitesse. Un chemin en caillasse, guère plus large que 3 m, permettait aux piétons, vélos et charrois tractés par cheval, un bref pélerinage à la petite chapelle ou un raccourci pour se rendre au Gheer !

Les peupliers de cette vieille photo ont été abattus en + 1960. A la même époque, d'autres ont été replantés, en quantité équivalente sur deux rangées de part et d'autre du chemin. Grâce à ce soucis déjà "écolo",  le nom de "Drève" a pu être gardé !

Sous le mayorat de feu Albert Laroye, (vers 1973), ce chemin agricole s'est vu revêtu d'une couche goudronnée... ceci afin de permettre aux automobilistes un accès plus court vers le quartier du Château Nonnet (Inter-Discount et Pompes) sans passer par le hameau du Bizet, dont le "Stop" de la Ville de Gand procurait déjà bien des soucis aux autorités communales, préoccupées par et souhaitant un afflux croissant de la clientèle française. "La Rabeque", ce chemin buccolique, "la plus belle drève de Belgique", comme disait un ancien Ploegsteertois (J-M.L), comme une médaille, a eu ses avers et ses revers. On s'en souvient ! 

Voici quelques années, les arbres dressés côté ouest, et trop peu élagués ont dû être abattus. "Quel dommage", tel était le sentiment de la population bizétoise.  Mais, un peu plus tard, un chemin piétonnier a été créé entre les vieux arbres rescapés permettant ainsi aux adeptes de la marche à pied, un nouvelle promenade plus en sécurité. Car, gare aux chauffards et aux fous de la vitesse !

Au cours de ce printemps 2013, à la surprise de tous, ce sont les Peupliers, côté "Réserve Naturelle" qui sont tombés avec fracas sous l'effet irrémédiable des bruyantes troçonneuses.

Reste les souvenirs !  Comme celui de ma petite pièce que je glissais dans la fente creusée dans la porte de la petite chapelle, avant le petit pique-nique préparé par ma Maman. Avec appétit, je mangeais ma tartine à la confiture-maison de rhubarbe, et assis entre les arbres... nous écoutions les oiseaux, ou regardions les chevaux tractant la moissonneuse.  J'avais six ans !

rabecque b.png

Ces deux photos couleurs, à regarder avec les lunettes (rouge-cyan) représentent :
l'une l'aspect actuel comparé à celle d'époque,
l'autre : un saisissant relief sur une "souche" dont on peut compter les stries. 

(Merci à José P. et Yvan Gr, pour leur prêt)

rabecque.png

 


22 juin 2013

Et voilà le travail !

D'aucuns auront dit, lors de la fête de la Musique au Bizet  : "Qu'est-ce qu'il fait avec ce drôle d'appareil, avec une double fenêtre, et qui clignote ???"
Je me suis amusé à prendre des photos "en relief" !
Chaussez vos lunettes et regardez !

Sentez-vous la profondeur ? 

19 juin 2013

40-45 : C'était comment pendant la guerre ?

Permettez-moi de vous proposer une petite heure pour regarder ce document très instructif pour s'imaginer ce qu'ont vécu nos parents, grands-parents ! Tout y est raconté !  Facile à comprendre. 
Témoignages !

 

17 juin 2013

Comme s'il n'y avait pas assez de panneaux routiers !

DSC08180.JPGSur le blog de mon ami Damien, je viens de lire  : "Bientôt zone bleue, disque obligatoire !" à Comines et au Bizet ! Soit, si c'est la décision du Conseil Communal qui espère ainsi améliorer les conditions de stationnement des uns (nous les riverains) et des autres (les visiteurs occasionnels ou clients frontaliers réguliers). 
Mieux, cela va créer de l'emploi :

- Embaucher des contrôleurs assermentés pour traquer les resquilleurs
- Installer la mise en place de la signalisation routière adéquate comme démontrée sur la photo ci-contre, sans oublier les panneaux "Fin de zone bleue"
- Peindre une ligne bleue sur la blanche existante, délimitant les aires de parking autorisées mais limitées.
- Enfin, cela exigera un double investissement pour respecter le "bilinguisme" obligatoire mais inutile dans notre belle commune, des quelques conseils qui s'adresseront... aux Français.

La valse des piquets va bientôt commencer !

Qu'ils me pardonnent !  Mon but n'était qu'une simple dérision à l'égard d'une grande décision à l'improbable efficacité !  

 

14 juin 2013

Visionnez ça ! C'est d'un relief surprenant !

Complètement hors sujet par rappot au titre de mon blog, je vous invite à regarder ce clip "EN RELIEF" créé par un jeune Américain. Bien sûr, il vous faut les fameuses lunettes aux verres "rouge et bleu".Si vous n'en possédez pas, dites-le moi par un signe quelconque. Par Mail, par un commentaire, par facebook.   
Ceci, en attendant que d'autres clips plus locaux arrivent sur la toile ! Y a matière ! Pour l'instant, imaginez-vous chez le coiffeur !

19:26 Publié dans INSOLITE | Commentaires (2) |  Facebook

03 juin 2013

The Memorial, vu en 3D !

images.jpeg

Wouaw !   J'y suis content  !  J'ai trouvé le truc pour créer de splendides images en relief 3D !  Hélas, pour  contempler la 3e dimension, celle de la profondeur, il vous faut utiliser des lunettes rouge et bleu comme celles indiquées ci-contre.  Si vous n'en possédez pas, faites-moi signe par mail.

  Voilà, il ne vous reste plus qu'à cliquer sur le mot "Youtube" (en bas, à droite de l'image) pour agrandir le clip, mettre le son au maxi, et... remplir votre écran de toute la quiétude et de la splendeur du lieu pour vous souvenir d'un bien triste événement de l' Histoire ! 

30 mai 2013

Une rue riche de souvenirs !

La "rue de l'Eglise" ?  Aah, la rue de l'église !  Je me souviens de la haute importance accordée à la première lettre de ce nom de rue : E ou é de laquelle dépendait entièrement le sens accordé à ce mot !  Au collège, si on ne badinait pas avec l'amour, on ne mégotait pas sur l'orthographe liturgique. Surtout celle-là.

Autrefois, cette rue était en "cul de sac". Quel qualificatif grossier pour une rue qui connut tant de bondieuseries ! C'était au temps où les processions existaient encore et que le curé cloturait en exhibant l'ostensoir sous le baldaquin porté par les marguilliers. Les écoliers habillés de robes soyeuses pour représenter les anges ou les saints du paradis, suivaient la Fanfare St-André jouant une marche lente et solennelle. Au passage de la procession, les  fidèles-habitants s'agenouillaient sur leur seuils, se signaient après s'être affairés à pavoiser et décorer leur façade d'un drapeau ou d'une statue illuminée de bougies pour imiter d'adorables petits autels.

Sur les deux photos anciennes, dont l'une nous rappelle les 50 années et les dévouées Petites Soeurs de la Providence, on peut remarquer l'aspect architectural qu'avait l'école des Garçons, d'où fut arrêté l'instituteur Paul Rose. Observez aussi la salle du patronage et la joliesse de la maison à balcon, réservée au chef de l'école

Tout cela a bien changé !   Je vous laisse à vos souvenirs ! 

193005370.jpg



soe 4.jpgVoici aussi une photo 3D d'aujourd'hui : La rue de l'Eglise n'est en effet plus ce qu'elle a été ! Elle offre du stationnement et un accès au quartier des Pâquerettes ! relf.jpg

 



23 mai 2013

Nos aïeuls ne reconnaîtraient plus leur Bizet !

Dommage que les vieilles cartes-postales, illustrant des vues oubliées ou disparues, ne ressortent pas mieux de leur cachette ! Cela permettrait à tous de se mieux se rendre compte des changements opérés dans nos rues, depuis plus d'un demi-siècle. Nos petits-enfants pourraient aussi s'imaginer l'allure que leur village présentait autrefois, "dans l'ancien temps" : avant l'ère de l'automobile, avant l'ouverture des frontières, avant l'arrivée de la société de consommation à outrance.

Capture d’écran 2013-03-23 à 11.13.10.png 

L'ancienne photo présentée ici, montre la rue d'Armentières, pavée, vue vers la France. Avec, dans le fond, les barrières douanières et les maisons de rangée construites par de talentueux maçons qui étaient fiers de leur boulot ! Sur la droite, l'entrée d'un estaminet "La Belle-vue", où l'on dégustait déjà la bière Van Uxeem. Puis, dans ce même café, vint s'installer un coiffeur, "Roger", qui coupait les cheveux ou rasait la barbe des clients qui, en attendant leur tour, buvait, discutait, jouait au billard. Dans l'entrebaillement de la porte, un homme, assis sur une chaise, tuait le temps... à "regarder les passants", pour reprendre l'expression typique de ce loisir.

Tout cela a bien changé. En témoigne cette photo que vous pouvez regarder "en relief", à l'aide de lunettes "rouge (G) et bleu(D)".

 

 café 3D1.jpg

11 mai 2013

"Elles sont bonnes, vos patates ?...."

Alors qu'aujourd'hui, de nombreux et importants convois de pommes de terre passent la frontière en enjambant la Lys au Badou, pour aller approvisionner la nouvelle usine où autrefois on y fabriquait des "jattes". il me revient en mémoire une anecdote qu'avec plaisir je veux vous raconter. Permettez-moi d'actionner mon petit "Rétro-Viseur" et essayez d'imaginer cette péripétie vécue au Bizet, un vendredi matin.

Cela s'est passé dans les années 70.  Au volant de ma première bagnole, une Simca 1100, j'étais allé acheter des "nouvelles pommes de terre" au marché d'Armentières. Combien ? Qu'importe :  Un sac-filet transparent d'une dizaine de kilos, déposé dans le coffre. Pas un sac de jute ! Non, c'était le début du plastic.

Arrivé à la douane, passé la française, je m'approche de la belge.

Capture d’écran 2013-03-23 à 11.19.28.pngL'uniforme est encore en kaki.  J'arrête "mon véhicule", j'ouvre le carreau juste devant le douanier qui patiente que l'heure tourne, les bras dans le dos.
- "Vous avez de la marchandise ?"
Et comme je ne sais pas mentir de peur de devenir rouge-écarlate, et qu'en plus, j'ai bien trop peur de devoir ouvrir le coffre, je réponds :
- "Un peu de pommes de terre".
- "Montez-moi ! "
Je deviens nerveux, car je sens que je risque quelque chose. Quoi ? N' sais pas !  
Quelques secondes plus tard, à deux, derrière la voiture avec le hayon béatement ouvert, nous contemplions mon modeste achat qui sentait bon la terre. Il me regarde,méfiant : 
- "Elles sont bonnes, vos patates ?  Vous avez un certificat ?"
- "Bien sûr qu'elles sont bonnes, sinon je ne les aurais pas achetées au marché d'Armentières !"
Doutant de la sincérité de ma réponse, il appelle son collègue qui tourne en rond et fait les cent pas !
- "Viens voir !  Il passe avec des patates !"
L'autre, peut-être avec une sardine à la manche en plus, ne déserre pas les dents; s'approche, regarde mes patates, hausse les épaules, et... va plus loin !  Le premier, désapprouvé par le second, me lance : 
- "Allez, c'est bon, 'pouvez passer !"

Ai-je profité d'une faveur ? M'a-t-on pris pour un fraudeur ?  Est-il content de lui, ce contrôleur ?  Hélas, cette dernière réflexion est encore aujourd'hui, en vigueur !

Pour votre plaisir, voici deux photos  à cliquer pour vous permettre de comparer les époques.

relief douane belge.jpgMettez les lunettes anaglyphes.

 

 

10 mai 2013

Découvrez... l'Art des Champs !

Notre ami Marial DC, ne m'en voudra d'avoir effectué une capture d'écran, lorsqu'est apparue cette magnifique photo, prise de La-Haut. A chacune de ses parutions, ce photographe volant de la Vallée de Lys  nous dévoile des beautés insoupsonnées que recèle notre belle enclave que l'on croit connaitre comme sa poche.

Cette photo, que vous pouvez admirer en grand en cliquant dessus, témoigne d' un talent jusqu'ici, tout à fait méconnu. Je veux dire : "L'ART AGRICOLE" . Il ne s'agit pas de "L'Amour est dans le pré", mais tout simplement de l'amour de la terre et du travail bien fait. 

photo M. De CampenaereOn peut ne pas aimer l'art contemporain, mais celui-ci que vous avez sous les yeux, offre une pureté des lignes réglée comme du papier à musique. 

J'apprécie !  Et vous ?

04 mai 2013

On n'a plus rien à déclarer !

"Passer la douane..." : une expression devenue obsolette depuis le 1er janvier 1993, jour qui vit la disparition des douaniers aux postes frontières franco-belges. Il fallut pour cela, que l''Europe, (si on peut l'appeler ainsi) acceptait la libre circulation des marchandises à l'intérieur de ses limites européennes.

Comment cela se passait avant cette date ?  Oh lala !  Que de souvenirs. 

Plantons d'abord le décor... d'il y a cinquante ans.  Comme en témoigne cette photo prise à la douane française du Bizet, la frontière entre les deux pays se remarquait surtout par des barrières qui pouvaient se baisser et barrer la route aux automobiles. Elles étaient bien moins nombreuses, c'est vrai !  Pour les douaniers, il leur fallait surtout contrôler les petits "fraudeurs" qui tentaient d'épargner quelques sous en "passant" du tabac (provenant de Belgique), ou de l'alcool (provenant de France).
LeBizet-PloegsteertFrB-F.jpgA l'arrêt d'autobus tout proche, quelques minutes avant le départ pour Armentières, l'agent douanier de faction entrait dans l'autocar pour vérifier le contenu des sacs à main de ces Dames ou les musettes de ces Travailleurs, en espérant prendre quelqu'un en flagrant délit de fraude ! Une inspection fébrile et des voyageurs potentiellement suspects.  
Pour les frontaliers-cyclistes, souvent fraudeurs, l'important était de garder son sang-froid à la question :
- "Quelque chose à déclarer ?"
- "Non, rien
- "Bon, allez !"
C'est vrai qu'ils et elles avaient plus d'un tour dans leur sac : dissimuler le paquet de toubac écrasé sous le couvre-selle du vélo; ou glissé dans l'invisible "poche de fraudeux"... accrochée sous les jupes.

Combien sont les familles bizétoises, à l'approche des fêtes de Communions, qui ne sont pas allées s'approvisionner en vin et rhum, à proximité du.... "Coulomb" ?


relief douane noto.jpgJ'arrête là quelques-uns de mes souvenirs de jeunesse. Libre à vous, amis lecteurs, d'en dénicher d'autres et de nous les faire revivre.

__________

2013 -  Le lieu, aujourd'hui, ne ressemble plus à ce qu'il était vers les années 50. La salle Palate que l'on reconnaissait à droite, a disparu. Place aux bagnoles...! n'Y a plus de douaniers, plus de contrôle. C'est l'Europe...  et c'est à qui passera la premier pour aller faire le plein de... "cloppes" !

(cliquer sur la photo et regarder avec les lunettes anaglyphes)

 

 

 

27 avril 2013

"Le Bizet" belge ferait-il concurrence à... Paris ?

Alors que les préparatifs du 100e anniversaire de la Grande Guerre se mettent en place, les Anciens Bizétois se souviennent qu'autrefois, la génération de leurs parents se plaisait à comparer le hameau du Bizet à un "Petit Paris" !  On y faisait bombance chez Palate ou chez Lamatine, on y buvait le "bock" au café, à tous les coins de rue.  Les tisserands, frontaliers et... fraudeurs, passaient la douane, deux à quatre fois par jour, pour aller gagner le pain que toutes les familles attendaient.

Vous l'aurez deviné !  C'était au temps où je portais encore des courtes culottes. A peu près 60 ans ! Nous les gamins, nous jouions aux billes avec les autres gosses de la rue, dans la "rigole" qui longeait le trottoir. Les filles, plus dociles, s'amusaient à sauter à la corde au beau milieu de la rue : deux d'entre-elles tournaient, les autres dansaient et chantaient au rythme des rotations :"Saint Pierre, donne-nous les clefs, les clefs du paradis terrestre..." La mixité n'était pas de mise : voire interdite.  Et les parents nous surveillaient en tuant le temps à bavarder entre voisins, assis à califourchon sur des chaises et accoudés sur les dossiers.

A cette époque (début des années 50), la télé n'avait pas encore fait son entrée dans les maisons. 
Quel bonheur !   D'avoir pu vivre ces années-là !


Capture d’écran 2013-04-28 à 08.48.23.pngVoici une photo d'époque de mon quartier. Jadis, c'était un passage obligé pour tous les événements : enterrements, processions, communions, cortèges, courses cyclistes, défilés des combattants, le chemin de croix de Pâques, ou l'appel au secours chez "Les Petites Soeurs de la Providence".

-------------------------

2013 !  "Le Rétro-Viseur qui fait revivre" veut aussi vous montrer le même décor... mais d' aujourd'hui. 
ET EN RELIEF ! images.jpeg
Pour cela, il vous faut regarder cette grande photo "anaglyphes", au travers de lunettes "rouge-bleue" qui vous permettront de sentir le relief et d'apprécier la profondeur... au fond de laquelle les grands arbres du "Couvent" ont disparu !

relief touquet mobilette.jpg  

17 avril 2013

Merci et à plus !...

Ce dernier clip de l'année 1991, sans doute la plus beau de ce milésime, me permet de refermer, pour un petit moment,  la Boîte à Souvenirs que j'ai eu le plaisir de vous présenter, pour vous faire revivre certains événements qui ont animé la vie associative, sportive, politique ou  familliale de notre belle enclave : la Ville de Comines-Warneton !

Poursuivrai-je la création d'autres clips consacrés à l'année 1992 ?  Il me faudra m'armer d'une nouvelle motivation... puisque d'autres projets me trottent dans la tête !  

Quoi qu'il en soit, je vous adresse un cordial merci pour l'attention que vous avez bien voulu réserver à mes nombreux "clips-souvenirs".

Le printemps s'installe, mon jardin et le tennis m'attendent !